En quoi consiste le management de transition et dans quels cas y faire appel ?

Le management de transition

Les sociologues ont su montrer que l’inertie n’est pas qu’un concept en physique, mais qui touche aussi tout système organisationnel comme les nations, les sociétés et les entreprises. Pour passer d’un régime permanent à un autre, il devient inéluctable de procéder à des changements, à des transformations. Ceci implique immédiatement la nécessité de consulter un cabinet de management de transition. En quoi consiste le management de transition ? A quels cas y recourir ? Telles sont les intrigues qu’il faudrait clairement et distinctement dénouer.

Ce qu’est le management de transition

Le management de transition est le fait de diriger une organisation quelconque, en l’occurrence une entreprise, pendant une phase de transition.  Le terme clé donc consiste à découvrir le sens du mot transition. La transition est le passage entre un état plus ou moins stable à un autre état plus ou moins stable. Par exemple, le passage d’une entreprise nationale à une entreprise internationale, ou encore le passage d’une entreprise non informatisée à une entreprise informatisée.

La personne à laquelle le règne de l’entreprise ou du secteur touché par le changement est confié est appelé manager de transition, c’est donc lui qui est responsable du pilotage du projet de transformation qu’il doit réussir dans une durée limitée. Il pourrait donc remplacer momentanément le manager en fonction, d’où il est aussi appelé un manager par intérim, et donc sa fonction est un management par intérim, en anglais un interim management.

En quels cas recourir au management de transition ?

C’est dans tous les cas où le changement affecte sensiblement le fonctionnement de l’entreprise qu’il faut recourir au management de transition.

Deux conditions nécessaires suffisent à recourir au management de transition :

  • Le changement affecte sensiblement le fonctionnement de l’entreprise.
  • Le cadre dirigeant en place ne possède pas les compétences spécifiques que requièrent la transformation.

En effet, il est toujours difficile de modifier le comportement habituel de l’entreprise. Il arrive même que la transformation échoue. Il se crée alors des forces qui freinent la transformation et constituent l’inertie du système. Cette inertie peut être des réglementations juridiques, un manque d’habileté de la part des employés ou encore l’incompréhension de ladite transformation. Aussi faut-il un expert qui sache effectuer une analyse précise de ces freins et élaborer la transformation dans un temps record : ce sont les managers de transition, qui peuvent être sollicités dans les cabinets de management de transition.

Un exemple : l’internationalisation

L’internationalisation est un processus dans lequel une entreprise dont le marché fut initialement restreint dans une nation commence à implanter des unités de production dans une nation étrangère.

L’inertie qui peut se produire peut être d’ordre juridique, politique ou économique. D’abord Juridique, car l’instabilité des réglementations dans le pays cible peut faire perdre les créances comme dans le cas de la nationalisation par exemple. Ensuite Politique, car les crises politiques dans le pays peuvent aboutir à des destructions matérielles considérables. Enfin économique, car l’existence d’une déflation fait perdre la valeur des produits de l’entreprise, tandis qu’une inflation la hausserait au point qu’ils deviennent inaccessibles à la population locale.

En conséquence, afin de réussir l’internationalisation, il est important de laisser ce projet être dirigé par un cadre expérimenté et compétente pour minimiser les risques d’échec de cette internationalisation.

Le coaching d’entreprise, la clé pour augmenter sa rentabilité ?
Comment le coaching peut-il m’ider à mieux gérer mon temps au travail?